Hiérarchie de collections

DHC_SISSAKO.mp4

25/09/2013

Université de Paris VIII, Docteurs honoris causa

Abderrahmane Sissako nommé Docteur Honoris Causa à Paris 8

Mots-clefs (Rameau)

Université de Paris VIII
Docteurs honoris causa

Description

Enregistrement audiovisuel de la remise du titre de Docteur Honoris Causa à Abderrahmane Sissako, le mercredi 25 septembre 2013 à l’université Paris 8.

Abderrahmane Sissako est né en 1961 en Mauritanie, à Kiffa, et a passé son enfance au Mali, à Bamako. Réalisateur et producteur, il est l’une des plus importantes figures du cinéma africain contemporain. En 1981, il obtient une bourse pour étudier le cinéma à Moscou où il réalise ses premiers films, Le Jeu (1989) et Octobre, présenté à Cannes et récompensé au festival Un certain regard en 1993. Depuis La Vie sur terre (1998) à Bamako (2006), en passant par En attendant le bonheur (2002), Abderrahmane Sissako construit une oeuvre originale où il s’efforce d’exprimer le regard que l’Afrique porte sur elle-même. Ce discours authentique qu’il porte sur la société africaine est traversé par les enjeux politiques, économiques et culturels d’un continent en perpétuelle recherche des moyens de son émancipation, déchiré entre tradition et modernité. En délivrant le diplôme de docteur honoris causa à Abderrahmane Sissako, l’université Paris 8 honore le cinéaste africain le plus important de sa génération. Elle manifeste aussi son refus de l’abandon de l’Afrique par la conscience occidentale et démontre que le titre d’« Université-Monde » n’est pas un slogan, mais affirme une profonde conviction. Elle donne une visibilité au combat d’Abderrahmane Sissako pour que le cinéma africain ne disparaisse pas. Moins d'un an après cette distinction, Abderrahmane Sissako est reconnu par le grand public pour son film Timbuktu, sept fois césarisé. Retrouvez cet instant sur France Culture plus.

Date

25/09/2013

Format

1 video (1h13)

Langue

fre

Identifiant

VUN6

Droits d'accès

Accessible à tous

Conditions d'utilisation

Toute reproduction même partielle est interdite sans accord exprès de(s) l'auteur(s) ou ayant-droit(s)

Période

XXIe siècle