La pensée géométrique dans la musique écrite occidentale. Un regard analytique sur l'oeuvre de Varèse et Webern

Collection

Musique

Citation

Arroyave Montoya, Myriam Diney, “La pensée géométrique dans la musique écrite occidentale. Un regard analytique sur l'oeuvre de Varèse et Webern,” Bibliothèque numérique Paris 8, accessed November 22, 2019, https://octaviana.fr/document/156365847.

About

Une analogie spatio-temporelle fut à la base de l’élaboration de l’écriture diastématique de la musique occidentale. Avec ce type d’écriture, des principes de construction géométrique – ordre, proportion, régularité, répétition, périodicité, symétrie – deviennent le moteur du raisonnement musical. Avec l’écriture diastématique, la musique se pose un problème fondamental : la construction rationnelle du temps. Les caractéristiques de la ligne – divisibilité, homogénéité, continuité locale – furent, au fur et à mesure, assignées au temps. La musique offre à la raison occidentale un temps objectif, unidimensionnel, linéaire, causal et orienté, qui rend compte de l’expérience de la succession, de la simultanéité et de la permanence. Le système de lignes et points fonctionne comme un « référentiel » qui permet d’instaurer la question du mouvement. Ce référentiel a permis aussi l’articulation de deux mesures hétérogènes : l’intensif et l’extensif, le discret et le continu, le divers et l’égal. En conséquence et à partir d’une dynamique de séparation, d’ordonnancement et de formalisation sur les qualités sensibles du phénomène sonore, à l’intérieur de la partition se développe un processus évolutif qui permet le ressort des dimensions musicales. Les tensions qui agitent la musique du XXème siècle, produit de l’ébranlement qui touche la sphère de la raison géométrique, sont rendues évidentes dans la partition. Avec l’analyse des œuvres de Webern et Varèse, nous essayons de rendre en évidence ces tensions qui concernent le temps, la forme, le mouvement, l’orientation du référentiel, le concept même de son, le timbre en tant que fusion d’éléments.

A space-time analogy was at the base of the construction of the diastematic writing of the Western music. With this type of writing the principles of geometrical construction - order, proportion, regularity, repetition, periodicity, symmetry - become the engine of the musical reasoning. With the diastematic writing, the music faces a fundamental problem: the rational construction of time. The characteristics of the line - divisibility, homogeneity, local continuity - were progressively assigned to time. The music offers the Western reasoning a objective, linear, one-dimensional, causal and directed time. This time allowed the experience of succession, simultaneity and permanence. By using a system of lines and points as a “reference frame” the music was able to address question of the movement. In addition, this referential system allowed the articulation of two heterogeneous measurements such as the intensity and the extensity, the continuity and discontinuity, the diversity and the similarity. Consequently, starting from a dynamic of separation, ordering and formalization of the sensitive qualities of the sound phenomenon, inside the partition took place an evolutionary process that allowed the emergence of the musical dimensions. With the analysis of the musical work of Weber and Varese we wanted to show the tensions, which agitated the music of the XX century and that touched the sphere of the geometrical reasoning. These tensions concerned the time, the form, the movement, and the orientation of the reference frame, the concept of sound, and the timbre as fusion of dimensions.

Subject

Musique et mathématiques Temps Géométrie Géométrie

Creator

Arroyave Montoya, Myriam Diney

Contributor

Olive, Jean-Paul (sous la direction de)

Source

Paris 8, BU - Saint-Denis, Magasin 2, TH2929

Date

2009

Identifier

156365847

Is Replaced By

2009PA083305

License

Toute reproduction même partielle est interdite sans accord exprès de l'auteur

Index

Musique

Domain (Dewey)

780 Musique