Les enjeux éducatifs des mémoires algériennes coloniales et post-coloniales

Citation

Bessaoud-Alonso, Patricia, “Les enjeux éducatifs des mémoires algériennes coloniales et post-coloniales,” Bibliothèque numérique Paris 8, accessed August 19, 2019, https://octaviana.fr/document/140534695.

About

Au cours de ce travail de thèse, je me suis efforcée de démontrer que les processus de construction des mémoires algériennes coloniales et post coloniales sont à la fois des constructions sociales et des constructions subjectives qui s'élaborent dans une interpénétration du collectif, du familial et de l'individuel. J'ai, pour ce faire, choisi d'étudier le processus de construction d'une mémoire coloniale en m'appuyant sur les populations de l'Algérie coloniale et en explicitant comment elles se sont vues assigner une place. Les individus sont alors entrés dans des catégories qui ont balisé leurs vies et celles de leur descendance en produisant des effets sur leur construction sociale et psychique à travers la dénégation, la falsification et le silence. Dans cette optique, j'ai voulu saisir quels avaient été les dispositifs les plus prégnants, à savoir la mise en oeuvre d'une ségrégation raciale par un arsenal législatif et réglementaire : décret Crémieux, code de l'indigènat et loi de naturalisation automatique de 1889, enfin institution d'une instruction séparée avec la création d'une école spécifique aux indigènes. Puis, je me suis attachée à définir la notion de mémoire, notion polysémique, dans un cadre d'analyse théorique s'appuyant sur une sociologie clinique et compréhensive mais également socio-historique, ayant opté pour une méthodologie croisée. Ainsi à l'aide d'archives publiques, privées, familiales, d'entretiens non-directifs, de nombreuses observations de type ethnographiques, j'ai tenté de comprendre comment se fabriquaient et se falsifiaient les mémoires collectives et familiales à travers l'histoire d'une famille, mon terrain d'enquête, de la fin du 19ème siècle à nos jours. J'ai entrepris de démontrer que la mémoire des Hommes n'était pas l'histoire des Hommes, mais qu'au coeur de ces interrogations surgit celle de l'identité, en particulier l'identité première celle du nom donné que j'ai qualifié de patronyme empêchant, et par rebond toutes les injonctions actuelles sur le travail de mémoire, le devoir de mémoire et la repentance. La mémoire résiste à la polysémie et à une définition non partagée. Sans doute parce qu'elle fait sens pour l'individu dans la mise en récit du passé et dans sa propre appropriation du temps et de l'espace.

In this PHD thesis, I tried to show that the process of building up colonial and post-colonial Algerian memories are, both, social and subjective constructions that develop thanks to the social group, the family and the individual. For this purpose, I have chosen to study the construction process of a colonial memory through the populations of the colonial Algeria and to explain how they were assigned a special place. Individuals have then entered categories that have marked out their lives and those of their descendants, causing effects on their social and psychic construction through denial, active falsification and silence. In this perspective, I wanted to find out what the most important and pregnant devices had been : that is to say the implementation of racial segregation by a system of laws and rules : Crémieux decree, native code and 1889 direct naturalization law, and then establishing of separated instruction with the creation of specific schools for natives. Then I tried to define the notion of memory, which is a polysemic notion, in a theoretical analysis relying on comprehensive and clinical sociology as well as on historic sociology, opting for a crossing methodology. Thus, thanks to public, private and family files and thanks to informal interviews and many ethnographic observations, I tried to understand how, through a family history (which is the topic of my investigation), from the end of the 19th century to nowadays, collective and family memories were made up and falsified. My goal was then to prove that men's memory was not men's history, but that among these questions, the question of identity arises and consequently all the current injunctions about remembrance and repentance. Memory resists, it resists polysemy and a non common definition. Probably because memory makes sense for the individual in their writing of the past and in their own appropriation of time and space.

Subject

Mémoire Identité (philosophie) Transmission intergénérationnelle Mémoire collective

Creator

Bessaoud-Alonso, Patricia

Contributor

Gavarini, Laurence (sous la direction de)

Source

Paris 8, BU - Saint-Denis, Magasin 2, TH2608

Date

2008

Identifier

140534695

License

Toute reproduction même partielle est interdite sans accord exprès de l'auteur

Index

Sciences de l'éducation

Domain (Dewey)

370 Education. Ouvrages généraux et divers. Principes