Des étudiants à la marge de l'université

Citation

Enrico, Vincent, “Des étudiants à la marge de l'université,” Bibliothèque numérique Paris 8, accessed July 23, 2019, https://octaviana.fr/document/136511775.

About

Depuis les années 60, l'université a vécu des évolutions structurelles (augmentation de la quantité et du type d'établissements) et sociologiques (diversification des publics) qui ont donné lieu à une véritable "inflation théorique". Ainsi, le développement des approches statistiques et sociologiques de la population étudiante a contribué à une multiplication des catégories étudiantes décrivant les expériences des étudiants, et à l'apparition de nombreux étudiants "atypiques". Dans cette perspective, cette thèse décrit au travers d'enquêtes de terrain, les parcours d'étudiants "persistants" qui ont désinvesti leurs études tout en prolongeant leur cursus en premier cycle à l'université. Cet exemple met la "pensée" de l'université en analyse, dans la mesure où les travaux scientifiques et institutionnels ne prennent pas en considération la possibilité pour un étudiant de ne pas être à l'université pour obtenir un diplôme. Ce "refus d'étudier " a été constaté par l'analyse de données chiffrées d'une petite université. Il a ensuite été observé dans un dispositif relais et par l'étude des dossiers de dérogations d étudiants de DEUG. Enfin, des entretiens avec des étudiants "persistants" (militants syndicaux, étudiants-surveillants, étudiants du dispositif enquêté) ont permis de confirmer que ces "manières d'étudier" avaient pour conséquence deux formes de vie étudiante : la souffrance et l'utilitarisme. Dans ces deux cas, l'université apparaît, au delà du statut qu'elle offre aux individus, comme un "support social", leur permettant de vivre à la marge de l'université, dans un entre deux qui se révèle tantôt emmurant, tantôt propice à une vie alternative.

Since the sixties, universities have gone through both structural and sociological changes on account of the increased number and type of institutions and the fact that students come from a greater variety of backgrounds than before. The development of different theoretical and statistical approaches with regard to the student population has meant an increase in the number of student categories used to describe their experiences and has brought to light a number of atypical cases. In this thesis, "persisting students" (those who register on courses but do not pass examinations, and therefore remain undergraduates longer) are studied through a fieldwork. The case of these students opens a new perspective on the way the university thinks as they are not taken into consideration in either scientific or institutional studies. Statistical data from a small university has revealed this "refusal to study" which can also be observed in a "relay system" and among students who file a request to renew their registration as undergraduates for the first two years at university (DEUG diploma level). A series of interviews with "persisting students" (union militants, students with paid work in secondary schools, students belonging to the relay system) reveal that this way of "studying" has two opposite consequences on the lives of students who either use the system or suffer from it. In both cases, the university not only confers a certain social status to registered students, but it also acts as a social support which enables them to live on the fringe of the university environment in an in-between world which may either shut them in or allow them to open up to an alternative way of life.

Subject

Étudiants Marginaux Sociologie Enquêtes sociologiques

Creator

Enrico, Vincent

Contributor

Gavarini, Laurence (sous la direction de)

Source

Paris 8, BU - Saint-Denis, Magasin 2, TH2549

Date

2008

Identifier

136511775

License

Toute reproduction même partielle est interdite sans accord exprès de l'auteur

Index

Sciences de l'éducation

Domain (Dewey)

370 Education. Ouvrages généraux et divers. Principes