Corps et devenir chez Nietzsche après la mort de Dieu

Collection

Philosophie

Citation

Lagos Dondé, Francisco Lorenzo, “Corps et devenir chez Nietzsche après la mort de Dieu,” Bibliothèque numérique Paris 8, accessed September 19, 2019, https://octaviana.fr/document/122058623.

About

Il est question du recentrage nietzschéen sur l'homme sous la perspective du corps. Les corps sont la réalisation la plus aboutie de ce qui distingue le monde organique par rapport à l'inorganique : c'est-à-dire l'erreur (Irrthum). Celle-ci est une appréciation physiologique et non pas une perception objective de la réalité. Elle ne s'oppose pas à la vérité mais à d'autres erreurs plus ou moins grossières. Les erreurs sont non seulement nécessaires à la survie des organismes mais constituent la vie elle-même, elles sont l'événement organique de la volonté de puissance. Les corps avec leurs instincts (des erreurs particulièrement fortes) se livrent à une lutte pour imposer leurs perspectives celles-ci sont particulièrement ouvertes chez l'homme. La manière de rivaliser entre volontés de puissance est caractérisée par le type physiologique : fort ou faible. La morale ascétique est la création du faible. Il s'aliène en inventant un monde idéal devant un monde trop menaçant et éphémère. Le fort affronte le monde en s'affirmant en tant que singularité. C'est la philosophie de Dionysos qui, à l'opposé du Crucifié, dit oui à la vie même avec toute sa souffrance.

The issue involves a Nietzschean redefinition of man from the perspective of the body. Bodies are the most accomplished realizations of that which distinguishes the organic from the inorganic : the mistake (Irrthum). It is a physiological appreciation and not an objective perception of reality. It is not opposed to truth but rather to other more or less coarse mistakes. These are not only necessary to the survival of organisms but constitute life itself, they are the organic event of the will to power. Bodies and their instincts (cases of particularly strong mistakes) fight to impose their own perspectives which are particularly open for man. Rivalry between wills to power is characterized by a physiological type : strong or weak. Ascetic morale is the creation of the weak. He alienates himself by inventing an ideal world in response to a world too menacing and ephemeral. The strong faces the world by assertively recognizing his individuality. Hence the philosophy of Dionysus who, as opposed to the Crucified, says yes to life even with all it s suffering.

Subject

Croyance (philosophie) Jugement moral Valeurs (philosophie) Pouvoir (philosophie)

Creator

Lagos Dondé, Francisco Lorenzo

Contributor

Vermeren, Patrice (sous la direction de)

Source

Paris 8, BU - Saint-Denis, Magasin 2, 2378TH

Date

2007

Identifier

122058623

License

Toute reproduction même partielle est interdite sans accord exprès de l'auteur

Index

Philosophie

Domain (Dewey)

100 Philosophie et disciplines connexes